Jeanne 29 décembre 2017

Mode et Nature

La nature a toujours fasciné et inspiré l’homme. La nature est notre première source d’inspiration car c’est d’elle que découle toutes les théories les plus fantaisistes, la nature nous dicte des règles, nous dicte la beauté, nous dicte l’harmonie. Les premières tentatives artistiques, les fresques peintes par les premiers hommes dans les grottes préhistoriques figurent des animaux géants, des animaux impressionnants, et puis nous même. Car la nature, même si la science a évolué, même si tout peut être prouvé et expliqué, dégage une sorte de pudeur et un mysticisme dont nous ne pouvons nous extirper. Ainsi, la nature a été représentée partout, dans tous les arts. La nature offre aussi des possibilités artistiques inégalables; Le nombre d’or est par exemple naturel. On le retrouve dans un type de chou, on le retrouve dans une fleur. Le nombre d’or recherché, tant pour l’harmonie qu’il apport que pour la curiosité qu’il éveille en nous, est présent naturellement. Alors, si les artistes autour du globe éprouvent une fascination sans égal pour la nature, pourquoi les dessinateurs, créateurs et producteurs de mode ne s’y intéressent ils pas ? Et quelle part à la nature dans la mode ?

Coco chanel expliquait que la mode n’est pas seulement présente sur les vêtements. Elle est présente dans le ciel, dans les arbres. Mais surtout disait elle, la mode doit se faire avec ce qui nous entoure. Ainsi, si l’on extrapole le terme de naturel, on peut penser à l’environnement. LEs grandes tours de fer qui trônent dans les grandes villes, ces représentation géantes d’un complexe phallique, font donc aujourd’hui également partie de la nature; Ainsi, la mode se durcit avec l’arrivée de décors plus sombres, moins verts, moins purs. La mode s’adapte aussi donc avec les constructions. Et face à l’industrialisation, l’exode rural, et le développement des grandes villes, deux phénomènes ont fait leur apparition. Le premier est la mise au goût du jour, la mode des couleurs plus sombres, et des teintes moins joviales. Une mode de fer, une mode dure et intransigeante.

Mais parallèlement, on voit aussi que la mode essaie de s’alléger. Paradoxalement, un courant de mode vient en contraste avec l’évolution de notre paysage urbain. En effet, même dans le choix des mannequins on le remarque. Les mannequins autrefois stéréotypés, pour les hommes comme grands, forts, musclés avec des traits saillants, et pour les femmes des grandes anorexiques, avec un visage plutôt carré commencent à battre de l’aile.

Le côté naturel, écosystème, plus candide et plus pur a donc énormément joué. Face à la destruction de celle ci, on essaye de compenser en créant une mode et un style plus naturel. La nature autrefois au centre de toute création artistique devient donc une utopie artistique, que les créateurs de mode essayent de retrouver tant bien que mal.

C’est donc là qu’est la place de la nature aujourd’hui au sein de la mode. Si les collections printanières ont toujours rappelé les fleurs, les champs et la candeur, elles sont en train de se faire rattraper par toutes les autres collections et modes, qui tendent à se rapprocher d’un naturel paradisiaque.

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*