Jeanne 29 décembre 2017

Les pigeons sont capables de percevoir le temps et l’espace

À l’instar des humains ou des grands singes, les pigeons sont capable de distinguer les concepts abstrait que sont l’espace et le temps. Des chercheurs américains se sont engagé dans des expériences et révèlent que ces oiseaux sont plus intelligents qu’ils n’y paraissent. En effet, la capacité cognitive des oiseaux en général est encore plus proches de celles des humains et des grands singes qu’on le pensait jusqu’à présent. L’étude a été réalisé par des chercheurs américains et a été publiée dans la revue Current Biology et révèle que “les systèmes nerveux aviaires ont beaucoup plus de capacités que ne le suggère l’expression péjorative « avoir une cervelle d’oiseau”.

Des tests réussis

Afin de mener à bien sa recherche, l’équipe dirigé par Edward Wasserman, professeur de psychologie expérimentale à l’Université situé dans l’Iowa, a fait observé a des pigeons une ligne horizontale statique, celle-ci apparaissait pendant deux ou huit secondes, sur un écran d’ordinateur. Cette ligne mesurait parfois 6 centimètres de long, parfois 24 centimètres de long. Les pigeons pouvaient donc choisir entre quatre symboles visuels afin d’indiquer si le traits qu’ils observaient était long ou court, ou, si il apparaissait de manière brève ou longtemps. Si la réponse était bonne, les pigeons recevaient de la nourriture. Les chercheurs ont par la suite augmenté la difficulté du test en affichant sur l’écran la ligne, mais en variant, de façon aléatoire, sa taille et sa durée d’apparition. Généralement, les oiseaux ont été en capacité de déterminer que les lignes qui apparaissent le plus longtemps étaient aussi les plus longues. Selon le professeur, cela montre que les pigeons utilisent la même région du cerveau pour apprécier les distances et le temps. Ces concepts qui sont abstrait ne sont donc pas traités séparément dans le cerveau des volatiles.

Une intelligence comparable à celle des grands-singes

Des expériences qui ont été menées sur des humains et des singes ont mis en évidence des résultats similaires. Cependant, les pigeons paraissent se servir, dans ce domaine, d’une autre région du cerveau. En effet, les humaines et les grands-singes font appel à leur cortex pariétal afin de traiter ces informations abstraites. En revanche, cet élément du cerveau n’existe pas chez les pigeons et doivent donc utiliser une autre partie de leur cerveau pour estimer ces concepts. Les résultats de cette expérience viennent donc affirmer une opinion qui est grandissante dans la communauté scientifique : l’opinion que d’autres espèces d’animaux tels que les reptiles, oiseaux, poissons et bien d’autres, sont en mesure d’analyser et d’agir en fonction de ces concepts qui sont abstraits. D’autres expériences prouvent que les corbeaux ou les rapaces ont une intelligence comparable à celle des primates.

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*